Comment réduire son empreinte carbone ?

Comment réduire son empreinte carbone ?

L’empreinte carbone représente la quantité d’émissions de gaz à effet de serre que vous générez au cours de l’année. Cette empreinte évolue en fonction des individus et de leur mode de consommation et peut donc assez facilement être influencée positivement en implémentant les bonnes habitudes. Justement, à quel niveau agir ? Si l’identification des principaux postes d’émissions (logement, transport et alimentation) est claire, savoir par quoi commencer est parfois loin d’être une mince affaire. Voici heureusement de quoi vous éclairer.

 

Comment réduire son empreinte carbone ?

Changer son alimentation pour une meilleure maîtrise de son impact carbone

Selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), l’alimentation représente environ un quart de l’empreinte carbone d’un individu, dépendamment de son régime alimentaire.

Un pas vers le végétarianisme…

Saviez-vous que 13 000 litres d’eau seraient nécessaires pour produire 1 kg de bœuf et que les émissions de CO2 associées s’élèveraient à environ 16 kg (contre seulement 0,7 kg pour 1 kg de blé, par exemple) ? La solution la plus évidente pour réduire votre impact carbone au niveau alimentaire, c’est donc de limiter votre consommation de viande.

Si vous n’êtes pas encore prêt(e) à implémenter cette solution, apprendre à mieux sélectionner votre viande est primordial. Privilégiez avant tout les exploitants locaux pour vos achats. Aussi, notez que la consommation de certaines viandes a plus d’impact que d’autres. La production d’1kg de porc rejette environ 3 fois moins de CO2 qu’1kg de bœuf, par exemple…

La consommation de produits de saison

Du côté de l’alimentation, d’autres mesures peuvent facilement être implémentées pour réduire votre impact carbone. Consommer des produits de saison en est une. Ceux-ci proviennent vraisemblablement de France ou de pays limitrophes et n’ont donc pas fait l’objet de trajets en camion ou en avion, dévastateurs en termes d’émissions de CO2. Soulignons que les produits de saison sont également meilleurs pour votre santé puisqu’ils sont cultivés dans des conditions réelles et n’ont pas évolué sous serre, par exemple. Leurs propriétés gustatives et nutritionnelles sont optimales.

L’achat alimentaire responsable

Acheter responsable, ça passe par plusieurs choses :

  • Consommer des produits issus du commerce équitable. Ceux-ci peuvent provenir de France ou d’étranger. L’avantage, c’est qu’ils sont produits dans le respect des grands principes du développement durable (respect des populations et de l’environnement…). La plupart de ces produits sont d’ailleurs certifiés BIO.
  • Acheter en vrac. En venant en magasin avec vos propres bocaux, vous réduisez considérablement vos déchets et limitez donc votre impact environnemental.

Réduire son empreinte carbone à l’échelle du logement

Le pôle “habitat” est le plus émetteur de gaz à effet de serre à l’heure actuelle en France ! Malgré une diminution de la consommation moyenne d’électricité sur les 2 dernières années et l’apparition d’habitats écologique, la tendance générale sur les 10 dernières années est à la stagnation. Si vous souhaitez réduire votre empreinte carbone, vous devrez donc apprendre à consommer de façon plus responsable. Justement, comment faire ?

Réaliser des travaux de rénovation énergétique

Rien ne sert de changer vos habitudes de consommation si vos équipements sont très énergivores, ou encore que l’isolation de votre habitation n’est pas optimale ! Pour éviter de surconsommer, la première étape consistera toujours en la rénovation du bâti existant pour le rendre plus éco-responsable.

Réalisez notamment l’isolation au niveau de la toiture, des murs et des fenêtres. Ces travaux permettront d’éviter les déperditions de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur du logement. De la sorte, vous consommez moins pour chauffer mieux.

Envisagez également le changement de vos appareils électriques et électroménagers en faveur de modèles moins énergivores. Vous pouvez pour cela vous référer à l’étiquette énergie de ces appareils et sélectionner en priorité ceux comportant une note A+++ (idéalement). Ce type d’équipement consomme généralement entre 20 et 50% de moins qu’un appareil A+ !

Enfin, pourquoi ne pas vous tourner vers les énergies renouvelables ? Si votre budget le permet, l’installation d’un dispositif de PAC air/air, de PAC géothermique ou encore d’un système solaire combiné peut représenter votre meilleure chance de réduire drastiquement votre empreinte carbone.

Rénovation énergétique : des aides financières existent

Entamer une transition écologique n’est pas si simple, surtout si vous souhaitez maîtriser votre budget. Les travaux de rénovation énergétique tels que décrits ci-dessus peuvent parfois être particulièrement coûteux ! Alors comment procéder pour absorber plus facilement cet investissement ?

A l’heure actuelle, de nombreuses aides financières sont mises à disposition en France. L’une des plus connues, c’est la prime c2e énergie. Celle-ci vous est octroyée sous certaines conditions (performance énergétique de l’installation, notamment) dans un délai raisonnable d’1 à 2 mois après travaux. D’un montant variable, celle-ci contribuera à coup sûr à rentabiliser plus rapidement votre installation quelle qu’elle soit. Notez que si vos revenus sont modestes et dans le cadre de travaux d’isolation, vous pouvez même réaliser votre chantier pour 1€ seulement ! Agir pour réduire son empreinte carbone n’aura finalement jamais été aussi abordable…

Se déplacer responsable pour une empreinte carbone réduite

Côté transports, pas de secret ! Pour réduire votre empreinte carbone, vous devrez identifier les transports écologique qui correspondent avec votre contexte personnel et professionnel. A titre d’exemple, il est très difficile d’éviter la voiture si vous habitez à 60 km de votre travail. Votre alternative dans ce contexte, c’est d’opter pour le train, ou bien de faire du covoiturage. Outre le fait de réduire vos coûts, la voiture partagée et le train permettent de réduire l’empreinte carbone / individu.

Bien entendu, tous types de transports en commun vaudront mieux que d’emprunter votre véhicule seul(e), surtout sur de courtes distances. Si vous habitez en ville, optez pour le vélo, la trottinette électrique ou encore la voiture électrique ! Ceux-ci ne s’adapteront pas forcément à votre mode de vie et vos habitudes, mais il s’agit de se demander s’il ne vaut pas mieux adapter ses habitudes pour un transport plus vert, plutôt que l’inverse… Alors, quel mode de transport est fait pour vous ?

L’avion : un transport “en commun” à éviter à tout prix

Attention : en matière de transports en commun, l’avion est sans conteste le mauvais élève. Il est de loin le plus polluant ! Comptez environ 285g de CO2 / personne / km parcouru contre “seulement” 42g pour un trajet en voiture et 14g pour un trajet en train, sur l’année écoulée.

Transports et empreinte carbone : si vous compensiez ?

Que vous ayez ou non implémenté les mesures énoncées, votre empreinte carbone sera toujours positive. Pour atténuer cette empreinte, la tendance est à la “compensation”, autrement dit au fait de contribuer positivement à un projet à impact positif, la plupart du temps à un niveau financier : lutte pour la reforestation, pour la préservation de l’eau…

Il est possible de compenser son empreinte carbone avec des dons qui financeront ces divers projets de protection de l’environnement. Mais il est possible de compenser indirectement en utilisant, par exemple, un moteur de recherche dont la majorité des revenus publicitaires sont reversés à des programmes de reforestation dans le monde : Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres.

Agir pour la réduction de votre empreinte carbone est devenu un indispensable si vous souhaitez préserver l’environnement et par la même occasion, votre santé. Pour commencer à agir, vous devrez avant toute chose analyser votre profil de consommateur au moyen d’un bilan annuel. Quels leviers d’action devriez-vous activer en priorité ? Une fois l’analyse terminée, il ne reste plus qu’à vous lancer. A vous de jouer.